The 3rd Birthday

 

L’Aya, on la surveillait du coin de l’œil, incertain de sa trajectoire. Disparue depuis l’ère PSone, la flic de choc, spécialiste de l’extermination au tour par tour, s’enterrait, année après année, dans un mutisme forcené. Et puis, voilà que Square Enix la recycle, comme d’autres franchises. Oui, sauf qu’on parle ici d’une véritable actualisation, sorte d’hybridation étrange entre concepts de RPG et mécanismes de TPS. Houlà !

(paru dans Joypad 218)

Le TPS, c’est aujourd’hui une tripotée de codes que les développeurs ont sagement appris à utiliser, quitte à oublier de les faire sérieusement progresser. Et ce constat s’applique évidemment à The 3rd Birthday. Sauf qu’à vouloir concilier la base de fans de la série (Parasite Eve) et de nouveaux joueurs (le tour par tour ne paye plus aujourd’hui), cette échappée sur PSP emprunte des chemins tortueux, inhabituels. TPS, oui (système de couverture, visée automatique, esquive), mais envisagé à l’aune d’une grille de lecture RPG. Aya, l’inspectrice, engrange, de fait, les points d’expérience et les dollars pour s’équiper, customiser ses armes et son ADN (voir encadré). De plus, n’étant qu’un esprit se promenant dans le passé, elle passe d’un corps à l’autre, à la Battlefield : Modern Combat, voire plonge littéralement dans ses adversaires pour les affaiblir de l’intérieur. Plus qu’une simple variation sur une mécanique préexistante (Clive Barker’s Jericho), un véritable phagocytage de cette dernière, intégrée de façon organique dans la trame de The 3rd Birthday. Mieux, les ennemis étant clairement coriaces, et on ne parle pas des boss aux routines retorses, il devient rapidement nécessaire de gérer son petit escadron d’homme, passant de l’un à l’autre pour les aider à reprendre un peu de vie (on récupère leur jauge), ou pour détourner l’attention du bestiaire. Presque tactique en fait. Passionnant donc d’un pur point de vue intrication des « mécanismes ». Côté jeu, on est presque aussi enflammé. The 3rd Birthday rebondissant à de nombreux moments, avec des idées géniales (le sniper dans l’hélico, le boss en apesanteur), et un level design soigné, mais un peu redondant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s